Politique.

Felipe Calderón et sa dernière initiative politique

Depuis 2006, Felipe Calderón a déclaré la guerre contre le narcotrafic, provoquant la mort de près 50 mille mexicains. Ainsi avec sa dernière initiative politique, le président du Mexique a été traité d’inefficace voire de ridicule, au regard des mexicains.

Le 24 Novembre 2012, lors de l’inauguration du corridor économique « Subteniente López II » établi à la frontière avec le Guatemala, Felipe Calderón a fait preuve de sens de l’humour. Le Président a approuvé le travail fait par les ingénieurs militaires en ces termes : « Je ne connais pas d’ingénieurs qui peuvent finir leur travail dans les délais et sans altérations budgétaires. Félicitations !». De plus, il a réaffirmé sa fierté pour le panneau frontalier « MÉXICO » et en a profité pour mentionner son intention de changer le nom du pays, « C’est curieux que sur le panneau le nom ‘Estados Unidos Mexicanos’ ne soit pas affiché mais plutôt ‘México’. Parce que nous tous, les mexicains, appelons comme cela notre pays chéri. »

© 2012. PRESIDENCIA DE LA REPÚBLICA.

Le 22 Novembre 2012, lors d’un communiqué de presse à « Los Pinos » (équivalent de l’’Elysée en France), l’«Initiative de réforme pour changer le nom du pays par ‘Mexico’ », (« Iniciativa de Refoma para cambiar el nombre del país a ‘México’ », en espagnol) a été largement critiqué. Dans l’éditorial publié le 23 Novembre 2012 dans le quotidien « sinembargo.mx », le journal reflète de façon engagée le sentiment général : « On a ras bol de Félipe Calderón ! ». Des réactions au tweet du président @FelipeCalderon, ont été affichés. Certains journalistes ont trouvé l’initiative plutôt comique. Ruy Xoconostle Waye @Ruys a publié sur Twitter « Profitant de l’élan d’innovation du Président, je propose un nouvel hymne national… », accompagné d’une vidéo comique. D’autres journalistes ont encore signalé que «Calderón insiste pour renommer officiellement le pays…» sur le site « blogs.cnnmexico.com ».

« Malgré que le Président ait reconnu qu’ils existent d’autres projets plus importants, il a voulu faire une dernière proposition, pour lancer un débat au sénat et dans les médias. »

Un aspect très discuté est l’allusion au nom des Etats-Unis faite par le Président lors de son communiqué le 22 Novembre 2012 : « Nous n’avons plus besoin d’imiter d’autres nations… ». En 1824, le nom du Mexique a été changé par « Etats-Unis Mexicains » (Estados Unidos Mexicanos, en espagnol) lors de la création d’une nouvelle Constitution inspirée par le modèle Américain. Mais provoquer le débat était le but du Président selon certains académiques. José Benjamin, historien à l’Université Iberoamericana, a déclaré pour « sinembargo.org » : « Malgré que le Président ait reconnu qu’ils existent d’autres projets plus importants, il a voulu faire une dernière proposition, pour lancer un débat au sénat et dans les médias.» De même, Manlio Fabio Beltrones, Coordinateur du Partie Révolutionnaire Institutionnel (le PRI, à la tête du pays pendant 70 ans) à la Chambre des Députés, a dit qu’ils ont d’autres affaires plus importantes que l’initiative du Président.

Avec cette initiative, Félipe Calderón a voulu revendiquer, la relation symbolique du nom « México » avec les origines, la culture, les coutumes et l’identité des mexicains. Car « México » vient des racines indigènes, et il est logiquement le nom utilisé par les mexicains. L’initiative est noble en ce sens. Cependant, la réalité politique du Mexique ne le mérite pas. Une telle initiative est grossière de la part de Félipe Calderón au regard du peuple mexicain. Il est le président qui a intensifié la guerre contre le narcotrafic, pour laquelle son nom figure à la Court Internationale de Justice. Il est le Président accusé par le peuple mexicain d’être complice avec Enrique Peña Nieto, lors de l’élection frauduleuse et corrompue du candidat élu aux élections présidentielles 2012. « Par cette initiative, il faut parler d’identité, de patrie, de nationalisme, d’unité et du plus important du projet de nation. Ceux ne sont pas des concepts très urgents à ce moment de notre histoire» a déclaré l’historienne Angélica Vázquez del Mercado.

« Légaliser la marihuana au Mexique ?»

Le 12 Novembre 2012, Fernando Belaunzarán, député pour le Parti de la Révolution Démocratique (PRD, sigle en espagnol), a proposé devant la Chambre des Députés la légalisation de la production, distribution et consommation de la marihuana. «Mon but est d’initier un dialogue pour changer un paradigme primitif par une vision plus sanitaire. Séduire par l’information et l’éducation. En revanche, les députés du Parti d’Action National (PAN, sigle en espagnol) se sont opposés à cette initiative, car le pays manque entre autre d’infrastructures appropriées.

Les députés s’expriment sur cette initiative à la tribune libre du journal « ADN político ». Visitez « adnpolitico.com » (en espagnol) pour connaître d’avantage leurs positions. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s