Politique.

Visite officielle en Angleterre par le président Mexicain Enrique Peña Nieto, entretenir le peuple avec un feuilleton

Si tout est possible dans l’imaginaire des feuilletons mexicains (Telenovela), cette visite officielle a prouvé que tout est aussi possible dans la politique au Mexique. Devenir première dame, et puis rencontrer la Reine Elizabeth II, tout en étant une actrice des feuilletons, ça fait rêver! Mais il ne faut pas oublier que d’autant faire rêver le peuple peut aussi l’inciter à poursuivre ses rêves de liberté, respect et équité.

Le 3 de Mars le président Enrique Peña Nieto se rend en Angleterre dans une visite officielle accompagné de sa famille et de 200 personnes. Les objectifs de cette visite ont passé à cote d’un affichage excessif de la première dame Angélica Rivera et ses filles habillées en tenues de luxe. Malgré cette grossière dépense en pleine crise politique et lors d’une visite officielle (normalement payée par les impôts des mexicains), des revues people comme HOLA ont publiées des photos en qualifiant la première dame de “Stylisée”, en faisant allégorie de ses bijoux et ces rencontres. Cette publication a fait réagir des hebdomadaires indépendants comme SinEmbargo, qu’a fait une comparaison entre le couple mexicaine et le couple Obama, avec une photo publiée après la réélection du président Obama en 2012, où Michelle Obama est habillée avec une robe d’environ 30 euros, pour souligner le manque d’empathie et du respect envers le peuple Mexicain, qui vit avec un salaire minimum de 70 pesos soit 4,3 euros par jour.

« ASOS Midi Dress in Check Print » http://us.asos.com/

Cette visite au Royaume Uni fait parler au milieu d’une crise politique suite de la disparition des 43 étudiants, l’affaire MexicoLeaks et la démission forcée de la journaliste Carmen Aristegui à cause des investigations faites au sujet de la maison blanche d’Angelica Rivera. Denisse Dresser, politologue renommée, a publié un tweet pour condamner le gouvernement: « Voici la photo de deux Mexiques qui coexistent, celui de la frivolité et du mensonge; celui de la lutte et la vérité », avec une photo où le magazine HOLA avec la première dame en couverture est affichée à côté du magazine Processo avec la journaliste Carmen Aristegui egalement en couverture,  l’image parle par elle même.

Lors de la visite plusieurs rassemblements ont eu lieu en face du palais de Buckingham, pour manifester le mécontentement avec un programme absent des sujets en rapport aux respect des droits de l’homme et pour demander justice pour les 43 étudiants disparues il y a environ 6 mois, crime présumé d’avoir été perpétré par le gouvernement de Peña Nieto.

Sous le hashtag désigné pour l’évènement #MexStateVisit c’est possible d’apprécier le mélange des tweets en relation aux étudiants disparus, mais aussi des images qui montrent clairement un rejet généralisé pour cette visite officielle. Parmi les tweets se trouvent des articles d’opinion qui mettent en question le geste de recevoir avec les bras ouverts un président Peña Nieto qualifié d’incompétent. Dans son article parue pour The Guardian le 6 mars, intitulé: « Le Mexique a une crise des droits de l’homme, donc pour quoi le recevoir avec les bras ouverts? », Ellie Mae O’Hagan préviens l’ouest de ne pas se laisser tromper par l’illusion des double standards en Amérique Latine, car les gens les plus vulnérables dans la région y souffrent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s